juil 012013
 
bouteille

« A quel âge on parle à ses enfants des trucs pas drôles et « déviants », comme la prostitution, le viol… ? Comme on lit facilement ces mots dans la presse, je suppose qu’il faudrait l’expliquer un peu. Mais je trouve ça dur de dire la vie, l’amour, la sexualité… et en même temps de devoir dire qu’il existe précisément l’inverse un peu partout !…»

 

1. INFORMER, EDUQUER, PREVENIR

Pour vous répondre, je vais d’abord te dire comment je résume l’éducation à la sexualité :
1. il y a une part d’information : des connaissances sur le corps, la procréation, la contraception, la sexualité…
2. il y a une part d’éducation : une réflexion sur nos valeurs, nos projets de vie, nos choix…
3. il y a une part de prévention : la responsabilité sexuelle, la sensibilisation aux risques…
Je vois que la prévention n’est pas la partie que vous préfèrez.

Mais peut-être avez-vous déjà un peu développé les autres axes, par exemple appris à vos enfants à nommer leurs organes sexuels, ou à comprendre la naissance (1. information)? Ou les avez-vous fait réfléchir à la vie de couple, au respect entre garçons et filles (2. éducation) ?
A mon sens, la prévention n’est pas le premier axe de l’éducation à la sexualité, mais elle est nécessaire. On fait de la prévention routière avec les enfants – en ayant au préalable mis en avant la chance qu’ils ont de pouvoir aller au sport tout seuls – et c’est dans le même esprit qu’on aborde des questions de prévention avec eux sur la sexualité.

 

2. LES ENFANTS SONT EXPOSES

La prévention est nécessaire car, qu’on le veuille ou non, les enfants sont exposés à des messages à caractère sexuel : ils voient toutes sortes de magazines ou jeux vidéo, tombent sur des scènes porno, entendent des mots de vocabulaire sexualisés, imitent des danses sexy, fréquentent des amis qui ont leurs propres sources… et le tout déjà en primaire ! Du coup, quand tu penses qu’ils peuvent tomber sur ces images, ce vocabulaire, ces clips… vous lancez votre offensive prévention ! Pour être franche, je pense que la prévention commence en maternelle. Une prévention adaptée, évidemment.

 

3. PARTIR DU QUOTIDIEN

Comment s’y prendre ? Je vous encourage à partir du quotidien.  Mon premier réflexe est de nommer et définir ce qui a trait aux gros mots, quand ils arrivent à la maison :
« Tu as dit ‘sale pute’. Je ne peux pas te laisser dire ça sans réagir. Sais-tu ce qu’est une ‘pute’ ? Le vrai mot, c’est ‘prostituée’. Je vais t’expliquer… »
« Un ‘pédé’, c’est utilisé comme injure, mais c’est le mot pour désigner… »
Curieusement, quand on les aide à définir des mots qu’ils pressentent blessants, mais dont ils ne connaissent pas le sens, on se bat beaucoup moins pour ne plus les entendre: « Ah bon, ça veut dire ça ? Mais je savais pas.»

Partir des mots, mais aussi partir des images : le quotidien, c’est parfois aussi les graffiti dans les toilettes publiques, sur lesquels les enfants veulent des explications ; ou une affiche érotique sur un kiosque…
Et puis quand vous confiez un enfant à quelqu’un, ou à une colonie de vacances, dans les jours qui précèdent, vous pouvez faire une piqûre de rappel concernant la pudeur et l’intimité. Ceci déjà vers 3-4 ans…

 

4. LES ENFANTS NE PEUVENT ASSURER LEUR SECURITE

Mais il est important de garder à l’esprit qu’un enfant peut ne pas être à même d’assurer sa sécurité. Il peut ne pas pressentir toutes les situations à risques. Je me méfie donc des messages préventifs du type : « tu es responsable de ton corps ». Comment le petit de 7 ans peut-il exercer cette responsabilité en toutes circonstances? Les enfants apprennent peu à peu à prendre soin d’eux. On peut donc donner aux jeunes enfants des repères de prévention, mais pas leur demander d’assurer eux-mêmes leur propre sécurité. C’est le rôle des adultes.

 

Au final, pour que l’éducation à la sexualité ne soit pas génératrice d’angoisse, il me semble fondamental qu’elle ne soit pas exclusivement préventive (attention à ceci ou à cela…) mais porteuse de promesses !

L’éducation à la sexualité, c’est une éducation à la vie !

 Réagir

(requis)

(requis)