Prévention des agressions sexuelles sur les enfants

Le témoignage de Mathieu Johann, simple, émouvant, évoque avec pudeur la prévention des agressions sexuelles sur les enfants, en évoquant l’impact de ces violences. La prévention des agressions sexuelles est un sujet très délicat à aborder et bien des adultes ont besoin, dans un premier temps, de connaître la réalité des faits pour, dans un second temps, se sentir responsables de la prévention de ces actes violents.

Dans le cas de Mathieu Johann, il s’agit de viols sur un petit garçon, sujet encore plus tabou que celui qui l’est déjà des violences sexuelles commises sur les fillettes.

Ce témoignage, comme ceux de Céline Raphaël ou de Flavie Flament, recensés ci-dessous, ont été recueillis par le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, dans le cadre d’un programme appelé « Enfants en danger: dans le doute, agissez! »

Public : adultes (parents, professionnels).

Point de vigilance : ces vidéos de sensibilisation n’ont pas été conçues comme des outils pédagogiques adaptés pour les enfants ou adolescents.

« Je me disais que c’était pas normal, je sentais que c’était pas normal, et en même temps je ne me l’affirmais pas »

« Il avait tout du beau mec insoupçonnable. Toutes les mamans, tous les papas confiaient leurs enfants à ce mec, tous les jours. »

« J’ai honte parce que quand tu es petit, tu dis forcément que en plus de ce qui t’est arrivé, tu vas devoir infliger ça à ta famille »

« ça a été un long combat »

 

Pour en savoir plus sur les violences sexuelles commises sur mineurs

-« Selon les statistiques (Observatoire National de la Délinquance, 2010) les auteurs des violences sont très majoritairement les parents, les pères pour les violences sexuelles (81,6% des auteurs), les mères pour les négligences graves et les conditions d’éducation défaillantes (en sachant que les enfants sont le plus souvent avec leur mère), et les violences graves sont également partagées ».

 

-« En France : selon l’ODAS (2006), chiffres qui proviennent de signalements forcément très sous-estimés, 98000 enfants en danger dont 19000 enfants maltraités (victimes de violence physiques, sexuelles, psychologiques, de négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et neurologique) et 79000 enfants à risque. Sur les 19000 enfants maltraités on retrouve 31% de violences physiques, 24% de violences sexuelles, 19% de violences psychologiques, 26% de négligences lourdes. »

 

-« En 2008 le nombre de mineurs pris en charge en protection de l’enfance est d’environ 267 000 pour la France entière soit un taux de prise en charge de 1,87 % des moins de 18 ans ».

 

Cf articles publiés sur le site Mémoire traumatique (chiffres, impact des violences, accompagnement de l’enfant…)

 

Témoignage de Céline Raphaël: violences psychiques et physiques


« Je pensais que j’avais fait quelque chose de mal en fait. Mais je pensais que c’était normal en fait, donc jamais j’aurais pensé parler »

« Les gens ont du mal à s’imaginer que ça peut toucher tous les milieux sociaux, y compris les plus favorisés, donc c’est pour ça aussi que les gens ont pas repéré ma souffrance »

« Si elle avait pas été là [l’infirmière scolaire], je suis sûre qu’aujourd’hui je serais morte »

« Parler c’est sauver une vie »

 

Témoignage de Flavie Flament: le déni familial

 

 

« Ma mère a dû se douter toute sa vie qu’il s’était passé quelque chose »

« Quand j’ai libéré la parole, je l’ai libérée de nombreuses années plus tard et j’ai été confrontée à ce qui est somme toute tristement banal: le déni familial. On ne veut pas voir. On ne veut pas savoir. »

« Pour guérir il faut avoir quelqu’un qui nous dit: Oui, je te crois. Oui, ce que tu as vécu, c’est vrai. Oui, tu as souffert mais tu n’es plus seul-e »

« J’avais ça au bord des lèvres, j’aurais juste voulu qu’on m’y invite au lieu de passer devant moi »

 

119: le numéro à appeler pour être conseillé-e

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *