Un outil pédagogique vidéo sur l’orientation professionnelle

L’orientation professionnelle inquiète autant les adolescents que les adultes. « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard? » Cette question est posée aux enfants, dès l’école primaire, et avec de plus en plus d’insistance au fur et à mesure qu’ils grandissent. Question amusée et légère à huit ans, question de plus en plus en tendue à l’adolescence.

Léna, elle, sait ce qu’elle veut faire plus tard. Elle tente de dire son projet à sa conseillère. A travers ce court-métrage, « Je suis orientée » (2.30 minutes), la délicate question de l’orientation scolaire et de l’orientation professionnelle des jeunes est posée. Voici donc un outil de débat stimulant pour parler de la connaissance de soi et de l’avenir, pour définir avec les jeunes les critères des choix d’orientation.

L’interprétation de Léna Cossard et Sophie de Fürst est pudique, poignante.

Ecrit, réalise et monté par: Olivier Riche

 

Comprendre le court-métrage « Je suis orientée » sur l’orientation scolaire et l’orientation professionnelle

  • Comment se sent-on quand on voit le court-métrage « Je suis orientée »?
  • Pourquoi peut-on se sentir gêné, énervé, dégoûté, attristé?
  • Si nous reprenons au début, l’entretien s’ouvre ainsi: « Est-ce que tu sais pourquoi on se voit aujourd’hui? » « Pour essayer de trouver un métier qui pourrait te correspondre ». Ces questions sont-elles de bonnes questions?
  • Quand Léna répond « photographe », la conseillère demande: « Tu pratiques, déjà? » A nouveau, est-ce une question intéressante?
  • A la question « Tu pratiques déjà? », Léna répond. Que raconte-t-elle? Comment est son visage quand elle parle de ses essais photographiques au grenier?
  • La conseillère en conclut le récit de Léna par: « Tu es une vraie professionnelle ». Qu’est-ce que Léna répond? Avec quelle expression de visage?
  • La conseillère reprend: « Et sinon, qu’est-ce que tu veux faire? ». Silence. « Euh, je sais pas… ». C’est là que l’entretien bascule. Les 50 premières secondes se sont passées dans une direction, la suite de l’entretien part dans une autre direction. Pourquoi?
  • « La prise de la Bastille, ça t’évoque quoi? »: pourquoi la conseillère pose-t-elle cette question?
  • Que répond Léna? Qu’en pensez-vous?
  • La conseillère propose des métiers ou des voies à Léna. Lesquels? [prof d’histoire – puéricultrice – infirmière – école de commerce]
  • Qu’est-ce que la conseillère pense du métier de photographe? [« C’est un très très joli métier mais… maintenant vous les jeunes vous avez très envie de faire des métiers artistiques mais… ce sont des métiers très difficiles. Les places sont très rares. Du coup, moi je trouve ça très intéressant que tu continues cette passion, mais tu peux éventuellement plus la pratiquer en passe-temps. Et à côté tu peux te créer un bon bagage ».]
  • Quel visage montre Léna pendant l’explication de la conseillère sur le métier de photographe?
  • Peut-on dire que cette conseillère est gentille?
  • Est-elle professionnelle?
  • Pourquoi avoir fait jouer une conseillère de ce type à la comédienne?
  • Est-elle une sorte de caricature?
  • Y a-t-il un conflit de génération qui se joue dans cet entretien?
  • Comment conclut Léna? Qu’en pensez-vous?
  • Que penser du titre du court-métrage: « Je suis orientée »?

 

Réfléchir sur l’orientation scolaire et l’orientation professionnelle

  • Quels sont les cinq métiers les plus choisis par les enfants, à votre avis, quand on leur demande « qu’est-ce que tu veux faire plus tard »? Pourquoi?
  • Quels sont les cinq métiers les plus choisis par les adolescents, à votre avis, quand on leur demande « qu’est-ce que tu veux faire plus tard »? Pourquoi?
  • Quels sont les critères de Léna, à votre avis, pour choisir sa voie, son métier?
  • Est-ce que, quand on choisit sa voie, son métier, on doit parfois renoncer à des rêves? ou au contraire on doit rêver?
  • Est-ce que l’orientation scolaire, l’orientation professionnelle, parfois, ça fait mal? Pourquoi? Peut-on se faire des illusions?
  • Par rapport à l’orientation scolaire, à l’orientation professionnelle, comment se sentent les adultes, à votre avis?
  • Dans le court-métrage « Je suis orientée », quelles sont les représentations sur les jeunes que porte la conseillère?
  • Quels sont les critères auxquels les adultes sont attentifs quand un jeune choisit sa voie, son métier? Donnez des exemples.
  • Pensez-vous par exemple qu’il soit important de choisir une filière où il y a du travail?
  • Pensez-vous qu’il faille mettre à l’écart les filières très élitistes, réservées à peu de monde?
  • Vous, comment vous sentez-vous par rapport à ce thème de l’orientation scolaire, de l’orientation professionnelle?
  • Avez-vous déjà pensé à des métiers? Lesquels?
  • Quels sont les adultes autour de vous qui semblent aimer leur travail?
  • Avez-vous des modèles, des personnes dont vous admirez le parcours?
  • Avez-vous fait des stages?
  • Qu’y avez-vous appris sur vous-même?
  • Qu’y avez-vous appris sur le monde du travail qui a retenu votre attention?
  • A votre avis, y a-t-il un métier sur terre qui nous corresponde, ou plusieurs métiers pourraient-ils nous convenir?
  • Comment faire si on ne sait pas ce qu’on veut faire plus tard?
  • De manière générale, cela peut-il aider de rencontrer un adulte, un professionnel, pour parler de son avenir?
  • Avec qui? Donnez des exemples.
  • Qu’attendent les jeunes d’un entretien avec une conseillère?
  • En avez-vous un ou une dans votre établissement?
  • Est-ce possible de rencontrer un professeur, un conseiller d’orientation, un adulte, qui nous aide parce qu’il nous connaît et nous respecte?
  • A votre avis, un entretien doit-il permettre de mieux se connaître soi-même?
  • Comment?
  • Quel est, pensez-vous, le rapport entre estime de soi et choix d’orientation pour plus tard?

 

Saynète sur l’orientation scolaire et l’orientation professionnelle

  • Comment aurait pu se passer l’entretien autrement… à partir du même début?
  • Quelles questions pensez-vous pertinentes?
  • Quels conseils auraient aidé Léna?
  • Rédigez en petit groupe un entretien constructif, et jouez-le.
  • La classe réagira à la fin des saynètes.

 

 

 

Note: Certains professionnels qui travaillent avec les jeunes sur les questions d’orientation, notamment les psychologues scolaires ou conseillers d’orientation-psychologues, peuvent être touchés, ou énervés par cette vidéo « Je suis orientée ». En effet, de nombreux professionnels de l’orientation ou de la ré-orientation ne s’identifient pas au rôle caricatural qu’incarne la comédienne dans la vidéo « Je suis orientée », et exercent leur métier dans le respect de la déontologie.

Qu’ils soient ici remerciés pour leur travail de guidance, délicat, discret, parfois méconnu.

Je vous invite à découvrir les mutations contemporaines du métier de psychologue de l’Education nationale (PsyEn). Citons ici un extrait très intéressant de leurs missions:

La spécialité « éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle » s’exercera auprès de collégiens, lycéens et étudiants.

Sa mission sera de contribuer à créer les conditions d’un équilibre psychologique des élèves favorisant leur réussite et leur investissement scolaires. Le psychologue de l’Éducation nationale « éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle » accompagnera les élèves et les étudiants dans l’élaboration progressive de leur projet d’orientation. En lien avec les équipes éducatives, il participera à la conception et à la mise en œuvre d’actions permettant l’appropriation d’informations sur les formations et les métiers et l’évolution de leurs représentations. Il contribuera à l’élaboration de parcours de réussite des élèves en leur permettant de prendre conscience des enjeux de leur formation et de s’orienter vers une qualification visant leur insertion socioprofessionnelle. Il informera ainsi les élèves et leurs familles ainsi que les étudiants, et les conseillera dans l’élaboration de leurs projets scolaires, universitaires et professionnels

Il portera une attention particulière aux élèves en difficulté, en situation de handicap ou donnant des signes de souffrance psychologique. Il participera également à la prévention et à la remédiation du décrochage scolaire. Le psychologue de l’Éducation nationale « éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle » mobilisera ses compétences sous l’autorité du directeur du centre d’information et d’orientation dans lequel il sera affecté.

 

 

 

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *